Le lait, c’est bon ou pas ?

Ca fait un petit moment que je me pose la question. (#ouioui)… et je me la pose toujours.

Cette question essentielle du moment, la voilà : Est-ce que je mange trop de produits laitiers ? Et que veux dire « trop » ?

Je ne pense pas être la seule à me poser la question. Il faut nous comprendre : depuis des années (quoique je les aperçois moins ces derniers temps à la télé), on nous abreuve de pubs sur les produits laitiers avec l’injonction de manger 3 produits laitiers par jour. Et depuis quelques années, on entend et on lit que le lait est mauvais pour notre santé ? Alors comment démêler le vrai du faux, comment faire la part entre le lobby du lait et les critiques de certains médecins et partisans du végétalisme.

Bon soyons lucide. La filière laitière est presque aussi importante que celui de la viande. En 2013, les entreprises de la filière française du lait ont affiché un chiffre d’affaires de 27,2 milliards d’euros soit 1/5 du chiffre d’affaires total de l’agroalimentaire. On comprends mieux pourquoi le CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l’économie Laitière) a mis les moyens pendant des années pour nous convaincre de boire du lait. On connaît tous ces pubs empreintes d’érotisme (le lait stimulerait-il la libido ?) sur « les produits laitiers, des instants purs ». Il n’y a même plus de sous-texte à ce niveau-là.

D’un autre côté, on trouve les arguments des végétaliens, médecins cancérologues et autres qui considèrent que le lait est carrément toxique pour notre santé.

Le lait de vache est beaucoup plus riche que le lait maternel humain, et permet au petit veau de décuplerson poids de naissance en un an ! Ce lait est totalement inadapté à notre organisme, ce qui en fait littéralement un poison pour notre corps... (On sait d'ailleurs que plus de 75% de la population mondiale est intolérante au lait de vache !! Ce n'est pas un hasard...)
Source : www.veganisme.fr

Les signes de l’intolérance au lactose :

  • ballonnements,
  • diarrhées ou constipation
  • maux de ventre,
  • céphalées,
  • voire vomissements

Les végétaliens mettent également en avant le caractère aberrant de la production de lait.

L'industrie laitière (et les chercheurs de l'INRA et d'ailleurs) a réussi à transformer une vache normale, en une "usine à lait", produisant jusqu'à 10.000 litres de lait par an !! Un rythme affolant et totalement contre-nature pour ces pauvres créatures, victimes de la folie humaine... (Voir La souffrance cachée derrière le lait et les oeufs). Les vaches n'étant absolument pas faites pour produire ces quantités aberrantes de lait, elles développent des infections à répétition du pis, qu'on appelle mamittes, et lors de la traite, le pus et les bactéries s'écoulent avec le lait... 
Source : www.veganisme.fr

 

Bon, soyons réaliste. Rien n’est bon à forte dose. Mais là, on nous dit carrément que le lait serait l’un des premiers responsables du cancer du sein et de la prostate. Gloups…

"La guerre du professeur Plant contre les produits laitiers et la nourriture industrielle a commencé il y a dix ans, après 4 récidives de son cancer du sein en l’espace de quelques années. La présence d’une énorme tumeur sur un côté de son cou et un pronostic de moins de trois mois, ont inévitablement mobilisé tout son esprit. [...]

Elle a découvert que les hormones et les médicaments contenus dans le lait de vache, destinés à accélérer la croissance des veaux, comportaient le facteur de croissance insulinomimétique de type 1 (IGF-1), qui entraîne la division et la multiplication des cellules (mécanisme identique à celui qui permet le développement des tumeurs.) Bien que significatives, il n’y a eu que peu d’études prouvant le rôle du facteur de croissance insulinomimétique de type 1 dans le développement du cancer (montrant par exemple que les femmes en période de pré-ménopause ayant un taux important de IGF-1 encourraient un risque supérieur à la moyenne de cancer du sein, tout comme les ovo-lacto-végétariens)."
Source : http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-le-lait-duexieme-criminel-qui-se-cache-dans-le-refrigerateur-119397802.html

 

source : www.pub-web-print.com

Pour certains, nous n’en sommes plus à « réduisez votre consommation de lait » mais plutôt « supprimez le définitivement ! ». Alors moi je veux bien mais on vit quand même en France, pas en Chine ou au Japon. On est même dans un pays où ne pas aimer le fromage et les produits laitiers relève du sacrilège. Cette culture du lait (au même titre que la viande) est très difficile à contourner. Pour ma part, j’ai, comme beaucoup, essayé de supprimer les produits laitiers (et contenant du lactose par la même occasion) de mon alimentation. Impossible ou presque d’y échapper. Le lait et ses protéines sont partout (y compris dans le paquet de biscuits Gerblé qui trônent sur mon bureau). Et je ne parle même pas des moments hors de chez soi.

Bref la question passionne et les avis sont souvent très tranchés de part et d’autre. Mais je reste étonnée qu’avec tous les progrès en médecine et recherche, on ne sache pas exactement quelle est l’influence du lait sur notre organisme. Je pense qu’il serait tout de même assez simple de l’observer surtout que le débat remonte aux années 60 !

Pendant ce temps, les végétaliens du monde entier rivalisent d’idées pour remplacer le lait. En premier lieu, les laits végétaux (à ne pas donner aux nourrissons toutefois). On en trouve partout mais ça coûte encore un bras la brique de 1 litre. On trouve aussi des « fromages » végétaliens. On se heurte souvent à la rareté et aux prix des ingrédients car le lait est également peu cher.

Je vous invite à lire quelques articles de nutritionnistes. J’ai trouvé un très bel exposé d’un nutritionniste belge pour la consommation de produits laitiers sur le site de la filière wallonne de lait et produits laitiers. Il se trouve que le nutritionniste en question, Nicolas Guggenbühl, fait partie d’une entreprise de communication spécialisée dans la santé. Bonjour la crédibilité !

Le lobby du lait semble si fort d’un côté et le marketing autour de la santé est si développé qu’il est donc très difficile de discerner le vrai du faux.

Mon conseil : partez sur une île (Ouessan au hasard) pendant au moins deux semaines, abandonnez le lait un moment pour les fruits de mer et les légumes et faites vos propres conclusions. Pour ma part, même en faisant un régime pauvre en lactose pendant quelques jours, j’ai pu voir une différence notable.

Et vous ?

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

  2 comments for “Le lait, c’est bon ou pas ?

  1. Eli
    18 septembre 2014 at 19 h 00 min

    Complètement d’accord avec toi. C’est {difficile|dommage} de bannir le lait. On est en France quand même (nom d’une pipe), je me vois pas arrêter de manger du saint nectaire et du beaufort par exemple. Bref, revenons à nous montons, heu, vaches. En achetant moins de produits transformés et en ne consommant moins de yahourt ou lait, on se sent déjà plus léger. Le + dans tout ça, on découvre de nouvelles façons de cuisiner et ça, c’est plutôt cool.

    • Virginie
      30 septembre 2014 at 14 h 30 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Oui j’avoue que j’ai beaucoup de mal à me passer du fromage. Je fait comme toi du coup ^^, je sélectionne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons