Une ferme urbaine à Lyon : l’agriculture sous cloche ?

Lyon devrait bientôt voir naître la première ferme urbaine française. Le projet baptisé FUL ( Ferme Urbaine Lyonnaise) a été présenté en juillet par une équipe d’ingénieurs, de chercheurs et d’architectes urbanistes.

 

ferme urbaine lyon

Une agriculture hors-sol biologique

L’idée : cultiver des légumes et des fruits hors-sol sur un minimum de surface soit « 283 salades par m2, 10 fois plus qu’en plein champs », précise le porteur du projet . Même si le concept en lui-même ne date pas d’hier, il est assez nouveau de voir s’installer la culture maraîchère en pleine ville. Autre différence avec l’agriculture intensive traditionnelle. Pas de pesticides ni de produits chimiques. Les plantes seront nourries selon la technique de l’hydroponie. Les plants (des salades dans un premier temps) sont installés dans de la tourbe  placée dans des gouttières. Ils sont nourris de manière régulière par un liquide contenant tous les éléments nécessaires à leur croissance. Ce type de culture consommerait 90% d’eau en moins. Le transport des produits seraient également réduits. Bref, une agriculture « raisonnée« , mélange entre le bio et l’intensif.

 

Une solution pragmatique

Le bâtiment s’organise de manière verticale. En bas, les jeunes plants qui remontent progressivement en haut de la ferme pour finir leur croissance à la lumière du jour.

Vu de l’extérieur, la ferme urbaine ressemblerait à n’importe quel immeuble moderne. Dans l’idéal, celui-ci ne consommerait presque rien et utiliserait l’énergie solaire ou éolienne.

Si le projet trouve un lieu et des financements, la ferme urbaine devrait voir le jour en 2016. En cas de succès, ce concept devrait être exporté dans les autres grandes villes de France.

Les premières fermes urbaines ont vues le jour aux Etats-Unis et notamment à Détroit sur quelques unes des nombreuses friches que compte la ville.

Les responsables du projet à Lyon précisent qu’ils n’ont pas vocation à remplacer l’agriculture traditionnelle mais que ces fermes urbaines seraient une solution contre la rareté des terres et l’accroissement des besoins de nourriture.

 

Certains proposeront-ils ce type de solution pour l’élevage ? Et bien, c’est déjà fait au Royaume Uni avec le projet proposé par André Ford, étudiant au Royal College of Art. Celui-ci a inventé, ni plus ni moins, un élevage intensif de poulets façon Matrix. Ablation des pattes pour gagner de la place, prélèvement du cortex cérébral pour maintenir les pauvres bêtes dans un état végétatif, nourriture par sonde, ferme verticale, … Bref, tous les ingrédients pour donner des cauchemars aux défenseurs des animaux.

proposition élevage intensif poulets

Un bon article sur ce merveilleux projet : http://www.gurumed.org/2012/02/16/le-cauchemar-ou-le-rve-dun-poulet-lev-la-matrix/

Vous trouverez ici un lien vers le mémoire d’une étudiante de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon sur la place de l’agriculture dans la ville.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons